3 visiteurs connectés - 12 visiteurs aujourd'hui - 35890 visite(s) au total

A écouter et à voir

L’orchestre d’harmonie ALSATIA de Drusenheim vient de donner dans la salle festive du Gabion son traditionnel concert de printemps.

« C’est le sommet de l’année », dira le Maire Jacky KELLER, également Président de l’association. Pour sa part, au final, le chef d’orchestre Jean-Claude STOEFFLER confie : « Je suis bien content de mes musiciens et pourtant cela n’était pas gagné d’avance ». En effet, s’inspirant peut-être d’une phrase d’Igo Stravinsky « il ne suffit pas d’entendre la musique, il faut encore la voir« , le directeur avait choisi comme thème « Que vos oreilles en prennent plein la vue ».

Le directeur avait concocté un programme fort éclectique

De ce fait, malgré la concentration sur la musique, les instrumentistes devaient participer, souvent d’une manière drôle, comme dans La Folie du Matin à l’interprétation. Mais l’humour le plus subtil fut sans doute la présence sur scène du buste de Beethoven dont tout un chacun connaît les problèmes de surdité…

Le nombreux public de mélomanes fut ravi de la soirée. Il ne ménagea jamais ses applaudissements, ni pour l’orchestre d’harmonie (près de cinquante musiciens) et son directeur Jean-Claude STOEFFLER, ni pour l’orchestre des jeunes (plus de trente musiciens) et son chef Thomas KLINGLER, ni à Nicolas SCHIFF, 18 ans, arrangeur et pour l’occasion directeur pour Le Dîner de Cons, d’après une chanson de Georges Brassens, ni à Corinne GUTH, présentatrice de charme et excellente chanteuse, ni à l’ensemble des techniciens qui tous ont contribué au succès de la soirée.

Des applaudissement particuliers allèrent à Gilbert LIESS, infatigable, compétent et dévoué Président-Délégué, pour les solistes (trompettistes, saxophonistes et le baryton Jean-Michel PETER1 et pour les « comédiens ». Comme à l’accoutumée, le directeur avait concocté un programme fort éclectique avec des morceaux d’origine française, belge, tchèque, d’outre-Manche et d’outre-Atlantique. Avec des musiques entraînantes ou apaisantes, légères et sincères ou des envolées lyriques, tous les morceaux invitèrent au rêve et au mystère.

Après plus de deux heures trente de spectacle musical et souvent visuel, le public est reparti fort content. Il est invité à revenir au Gabion dès le 5 juin pour écouter et apprécier l’orchestre Roger HALM dans le cadre de la fête d’été de l’association.

1 : Il est également le directeur des Druesemer Schpetz Buewe, une formation de musique plus légère.

Publié dans les Dernières Nouvelles d’Alsace, le 27/04/2010.


Haut de page