Portrait de musicienne : Sandra Arbogast

Depuis le mois de septembre 2021, le « Petit Journal de l’Alsatia » a fait son apparition dans notre association. Il s’agit d’un document distribué lors des répétitions à tous les musiciens de nos orchestres, informant l’ensemble des membres des actualités, nouveautés, dates à retenir, décisions de comité etc.

Dans chaque numéro, un interview de l’un de nos musiciens est publié et nous le partagerons au plus grand nombre sur notre site internet ! Aujourd’hui, découvrez l’interview de notre flûtiste et trésorière adjointe Sandra Arbogast.

Quand as-tu commencé la musique ?

J’ai commencé la musique à l’âge de 11 ans en 1983.
Un musicien est venu en classe pour nous présenter l’école de musique. À cette époque, l’harmonie était plutôt familiale (de père en fils, oncle, cousin…) mais les jeunes ne s’intéressaient plus autant à la musique et il devenait difficile de recruter. C’est ainsi que Laurent Ostertag et Simon André ont créé l’école de musique gratuite pour tous. J’ai supplié mes parents pour qu’ils acceptent de m’y inscrire et ils étaient d’accord !
Étant originaire de Bischheim, lorsque j’avais entre 5 et 7 ans, il y avait un défilé à la fin du printemps avec des chars décorés, des majorettes et une fanfare. Les musiciens portaient de beaux costumes et rendaient le public heureux, c’est comme ça que j’ai eu le déclic de vouloir à mon tour rendre les gens heureux…

Pourquoi as-tu choisi de jouer de la flûte traversière ?

Au début je jouais de la trompette (oui oui vous avez bien lu !).
L’école de musique fournissait les instruments, j’avais choisi la flûte traversière mais il n’en restait plus en stock alors on m’a attribué la trompette, je n’avais pas vraiment le choix. Je ne vous raconte pas la surprise de mes parents en rentrant 🙂
J’ai ensuite pu faire de la flûte, que j’adorais lors des défilés ou en écoutant Pierre et le Loup, Le Vol du Bourdon etc. Je suis tombée amoureuse de cet instrument et je me suis également mise au piccolo.

Comment as-tu appris la musique ?

Les cours se passaient au local de répétition dans l’ancienne caserne des pompiers de la rue des lévites et duraient environ une heure. C’était une musicienne de l’harmonie – Pierrette Keller – qui nous donnait des cours, et dès qu’on savait jouer les croches, on pouvait intégrer l’harmonie et on continuait à apprendre sur le tas, à côté des autres musiciens.

Quand as-tu rejoins l’harmonie ?

J’avais 13 ans quand j’ai rejoins l’harmonie qui était dirigée par Laurent Ostertag, un sacré monsieur !

Quel est ton meilleur souvenir à la Musique ?

Mon meilleur souvenir… c’est la complicité qu’on avait tous ensemble, on était une belle harmonie. Que ce soient les plus anciens ou les plus jeunes musiciens, on formait une grande famille et aujourd’hui cette époque me manque…

Quel est le morceau que tu as le plus aimé jouer ?

Le morceau qui m’a beaucoup marqué c’est A Lillehammer Tune 🙂

Une anecdote, un souvenir à partager ?

C’était ma première sortie récréative avec l’harmonie. Nous étions partis dans le Jura où nous avions visité une ferme qui produisait du lard, du jambon fumé et du Munster. Au retour de la visite d’une grotte, Laurent Ostertag qui avait acheté du Munster, l’avait suspendu au hublot du bus. Le fromage avait fondu à cause de la chaleur… je vous laisse imaginer l’odeur pendant tout le trajet retour ! Nous avions bien rigolé 🙂

Partager cet article :

Share on facebook
Share on twitter
Share on email